Recettes pour déjeuner – concentration à l’école

Avoir sa tête à l’école
L’été se termine et les enfants sont retournés à l’école. Pour beaucoup d’enfants, cette transition, des journées remplies de soleil et de plaisir aux jours plus structurés dans un environnement d’apprentissage, peut être difficile. Et avec cette transition, les parents sont souvent soucieux de l’habilité de leurs enfants a se concentré. Une chose sûre, il y a un lien direct entre la nutrition et l’aptitude de garder l’attention à l’école. Débutez l’année scolaire en faisant quelques changements pour bien réussir.

Comment est-ce que je peux aider mon enfant à garder son attention à l’école? Mon petit a de la difficulté à se concentrer. Quoi faire? Il peut y avoir plusieurs raisons contribuant à la difficulté à se concentrer dans la classe mais une des plus importantes et souvent négligée est la nutrition. La nourriture influence les hormones, l’énergie, la circulation sanguine, la concentration, les enzymes, les processus chimiques, le système immunitaire et encore plus. Un enfant a besoin d’un niveau de sucre équilibré, des bons gras et d’être bien hydraté pour assurer une bonne circulation sanguine cérébrale. Les enfants ont besoin aussi d’activité physique tous les jours pour se mieux concentrer.

Nourriture qui alimente le cerveau :
– Un rapport adéquat de protéine. En général, les enfants mangent trop de glucides (céréales, graines, sucre). Leur ratio de glucides/gras/protéine est souvent déséquilibré.
– Les fruits et légumes, il va sans dire.
– Des bons gras. La plupart des enfants et d’adultes sont en carence sévère. Plusieurs études suggèrent que d’agrémenter la diète de bonne quantité d’oméga-3 améliore drastiquement la concentration.

Nourriture qui nuit à la concentration:
– Des céréales sucrées ou un excès de produits céréales (glucides).
– Tout aliment auquel l’enfant est sensible/intolérant.

Quelques recettes faciles à faire pour commencer la journée sur le bon pied !

Fruits ensoleillés (peut être fait la veille)
1 tasse de fruits frais coupés (fraises, bleuets, pommes, framboises)
1 tasse de yogourt (2% ou +) à la vanille (ou nature pour réduire le sucre encore plus)
1/2 tasse de granola
8 moitiés de noix de Grenoble, en morceaux
1 c. à table de graines de chanvre or de chia

Servir dans un bol ou par couche dans un verre, style parfait !

Oeuf et compagnie
1 œuf (à la coq, tourné ou brouillé)
1 orange tranché (ou autre fruit)
1 tasse de yogourt nature (2% ou + de matières grasses) avec 1 c. à thé de sirop d’érable
1 c. à thé de graines de chanvre (ou de chia) saupoudré sur le yogourt

Fruits frappé (Smoothie aux fruits)
1 tasse de lait d’amande ou de noix de coco
1/2 portion/scoop de poudre protéiné petit-lait de la marque Natural Factors (vanille)
1/2 tasse de yogourt nature
½ banane, fraîche ou congelé
½ tasse de fruits (bleuets/fraises/cerises/ananas etc.), frais ou congelés
1 c. à thé de graines de chanvre et 1 c. à thé de graines de chia
1/2 c. à thé de l’huile d’omega-3 (de bonne qualité, très important)

Incorporer le tout dans un mélangeur. Déguster !

Le Québécois
1 tranche de pain de graines germées entières (épeautre, quinoa, avoine, blé) grillé
1 c. à table de beurre d’amande ou de beurre de cajou, étalé sur le pain
1 tasse de fruits coupés
½ tasse de fèves au lard

L’intolérance aux glucides / résistance à l’insuline

L’intolérance aux glucides et la résistance à l’insuline sont des termes utilisés pour indiquer que les cellules du corps sont devenues résistantes à l’insuline produites par le pancréas dû à trop de stress.  Chez une personne normale, environ 40% des glucides consommés sont convertis en gras.  Chez une personne avec une résistance à l’insuline, ces chiffes montent à 50-60%. L’excès d’insuline peut causer une chute trop rapide du niveau de glucose sanguin entraînant les surrénales à s’activer pour remonter le taux de glucose sanguin.  Non seulement ceci causera un stress additionnel sur les surrénales, mais il y aura trop de glucose relâché.  Cela forcera le pancréas à produire plus d’insuline, créant ainsi un cercle vicieux.  Éventuellement, le corps devra produire de plus en plus d’insuline pour métaboliser la même quantité de glucose.

La résistance à l’insuline peut être causée par plusieurs facteurs; les plus communs sont : une augmentation des hormones de stress, une diète élevée en gras hydrogénées, une trop grande consommation de glucides ainsi que de caféine et des allergies alimentaires.  Le lait est l’allergie alimentaire la plus commune parce qu’il a été démontré qu’il attaque les cellules béta du pancréas qui fabriquent l’insuline qui contrôle le taux de sucre sanguin. C’est pourquoi il est mieux de ne pas consommer de produits laitiers avant l’âge de un an.

La résistance à l’insuline peut causer plusieurs conséquences :
• Bloquent la sécrétion d’hormone majeures : le DHEA, la conversion de T4 en T3 (hormones de la glandes thyroïde),  et une diminution des hormones de croissance.
• Une hausse de la pression artérielle.
• Une hausse des triglycérides et du LDL (mauvais cholestérol).
• Syndrome prémenstruel et kystes aux ovaires.
• Diminution de l’énergie, surtout après les repas.
• Tendance à avoir des rages de sucre.
• Engourdissement des mains la nuit ou pendant la pratique d’activité physique.
• Irritabilité

Il y a des étapes pour améliorer le métabolisme des glucides, les voici :
• Manger des aliments faibles en glucides provenant de grains entiers à haute en fibre.
• Ne pas sauter de repas.
• Vérifier si vous avez des carences en chromium, vanadium et huile de sésame.
• Faire de l’exercice aérobique.